(1)

 La chasse sans prévision, pour une équipe
 
Retour : 07- Recherche sur le terrain

Voir aussi : - L'écoute des radiosondes - Préparation d'une expédition - Entraînement et préparation - prévision de trajectoire - vol d'une RSLa chasse AVEC prévision pour une équipe -

Voilà une méthode qui peut convenir quand le parcours de la RS ne dépasse pas 60 km et qu'on est tout seul, sans aucune prévision. Si on dispose d'une prévision, on peut économiser les relevés à courte de distance de la station de radiosondage et se concentrer sur les mesures pendant la chute de la RS, dans la zone de chute.

But

Le but est de se trouver à moins de 15km du point de chute de la radiosonde au moment de l'atterissage.
Pour cela il va falloir :
- déterminer grossièrement dans quelle direction se dirige la RS
- chercher à se placer à la verticale du point d'éclatement
- rejoindre la zone de chute au plus vite.

Hypothèse

A défaut de prévisions on partira des hypothèses suivantes :
- parcours de 60 km en ligne droite
- éclatement au 2/3 du parcours
- éclatement au bout de 100mn (1h40)
- durée totale du vol 160 mn (2h40)

Principe

En général, la vitesse de déplacement de la RS est la plus faible pendant la partie du vol où elle se trouve en dessous de 8000 mètres car la vitesse du vent y est plus faible. Ainsi pour parcourir les dix premiers kilomètres il faudra 30 ou 40 minutes alors que les dix suivants nécessiteront moins d'un quart d'heure. On aura donc beaucoup plus de temps pour effectuer le premier relevé que les suivants.
La méthode est la suivante :
- sur la carte au 1/200000 tracer 4 cercles centrés sur la position de la station de radiosondage (
CM) et de rayons 10, 30, 50 et 60 km
- le premier relevé sera effectué d'un endroit bien dégagé placé à une douzaine de kilomètres de la station de radiosondage, à proximité d'une voie rapide (poinr
R). S'il est effecté au bout de 40 minutes de vol, il coupera le cercle de 10km de rayon à la position où se trouve la RS, soit au point a, soit au point b. C'est l'angle de site qui permettra de lever le doute sachant que si le signal vient de la verticale c'est le point a qui sera retenu.
- le relevé suivant pourrait être effectué depuis le point R mais la précision serait moins bonne et on perdrait du temps pour se rapprocher du point de chute.

Exemple


Le chemin suivi par la radiosonde est le trait rouge.
1) le relevé 1 effectué 40mn après le décollage coupe le cercle des 10km en 1a et 1b. C'est 1b qui est retenu car l'angle sous lequel le signal est reçu est bas sur l'horizon. le chemin suivi par la RS est supposé être la droite
d1.
2) On se rend au point 2 en 40 minutes à 40km à vol d'oiseau sans faire de relevés intermédiaires pour ne pas perdre de temps. Du point 2 la direction du signal est celle du point 2a avec un angle de site de 60 ou 70° au dessus de l'horizon. Le relevé étant tangent au cercle, celui-ci ne permet pas d'obtenir un point précis. La direction suivie par la RS est supposée être la droite
d2.
3) du point 3 le relevé confirme que la trajectoire de la radiosonde est une droite
d3 bissectrice de l'angle formé par d1 et d2.
4) En 4 on se trouve à peu de distance de la RS car le signal est très fort, la direction varie lentement, l'angle de site diminue à vue d'oeil et le signal diminue rapidement d'intensité avant de disparaître. Ce dernier relevé doit être effectué soigneusement car il permet de déterminer le point de chute IP à son intersection avec la bissectrice de l'angle
d2-d3.
Remarques :
- Si au point 2 le relevé donne une direction prolongeant plus ou moins d1 cela signifie que la vitesse de déplacement est nettement plus élevée que prévue dans les hypothèses, il faudra alors choisir un point 3 à 60 ou 70km.
- La durée du vol peut varier entre 120 et 180 minutes
- Si le signal n'est pas très fort et qu'il est bas sur l'horizon, la RS est loin et il y a lieu de chercher à la rattrapper sans perdre de temps.