(1)

L'autonomie des radiosondes
Retour : 07- Recherche sur le terrain

Voir aussi : - L'écoute des radiosondes - La recherche sur le terrain -

La durée de vie d'une radiosonde est limitée par la capacité de ses piles et sa consommation. Mais tous les types de radiosondes ne se ressemblent pas et, pour certains, il n'est pas rare que le chasseur entende le dernier râle de la RS qu'il chasse alors qu'il est en phase finale, à quelques minutes seulement de l'endroit où elle s'est cachée.
Avant de connaître avec suffisamment de certitude la durée de vie des RS, les chasseurs débutants mettaient sur le compte de l'autonomie limitée le fait qu'ils n'entendaient plus la RS au sol.

L'intérêt de connaître la durée de vie d'une radiosonde

Dès que la RS s'est posée, le chasseur se demande de combien de temps il dispose pour la retrouver visuellement. Sa tactique en dépend.
Deux cas extrêmes :
- M2K2 de 00Z, durée de vie 20h après l'heure du lâcher. Le chasseur peut retourner se coucher et commencer les recherches après le repas de midi. Il aura jusqu'à la tombée de la nuit pour retrouver la RS.
- RS92KL avec pile à eau : durée de vie 6h dont 2h30 de vol. Il reste 3h30 pour décourir la RS; donc pas de temps à perdre. On aura intérêt à se trouver tout près de la zone d'impact pour retrouver très vite le signal et aller droit sur lui.

Variabilité de la durée de fonctionnement au sol

La plus grande variabilité est celle des RS équipées de piles à eau car elle dépend beaucoup de la façon dont la pile est réhydratée.
Un facteur important, en particulier pour les piles sèches, est la température au sol, le fonctionnement des piles à eau étant exothermique, la durée de vie de ces dernières en semble moins affectée.
Mais un des inconnues est la durée de fonctionnement avant le lâcher. En général elle est de l'ordre de 10 à 30mn mais peut dépasser une heure.

La fin de vie

Il peut être intéressant de savoir identifier les derniers instants d'une RS.
Les RS92-SGPW passent en puissance réduite (quelques milliwatts) dès que la tension d'alimentation des piles descend en dessous de 6 volts. Si le chasseur se trouve à proximité de la RS, son récepteur ne sera plus saturé et les mesures seront alors facilitées. Au bout d'une demi-heure de ce régime la modulation disparaît et on n'entend plus qu'un sifflement à 2400Hz pendant encore 30 minutes environ.
Un quart d'heure à une demi-heure avant de s'arrêter définitivement, la RS92-KL émet des claquements espacés qui en fait sont des tentatives pour émettre à nouveau, la fréquence variant beaucoup. Puis la modulation disparaît.

Le "kill-timer"

Certaines RS (Vaisala RS92SGP, AGP ?) seraient équipées d'un dispositif qui couperait l'émission au bout d'un certain temps, dans le but de ne pas brouiller la réception de la RS du radiosondage suivant ou celui de limiter la pollution radioélectrique.
A ce jour (février 2009), aucune preuve de l'utilisation de ce dispositif n'a été constaté sur aucune RS.
Par contre il n'est pas rare qu'une RS tombe en panne sans avertissement, parfois avant que le ballon n'ait éclaté.

Durées de vie constatées

Les indications d'autonomie sont celles constatées lors de différentes chasses. La durée indiquée est celle qui sépare l'heure de lâcher de l'heure où le signal n'est plus exploitable pour les recherches. Pour certains types mal connus (DFM06, par ex.), ces valeurs seront révisées.
 type  durée mini  durée max  type de piles  P HF (mW)  I (mA)  Fin de vie
 DFM-06  5h  5h30  pile lithium      puissance de plus en plus faible
 iMet 01            
 M2K2  18h  24h  6V 4xLR6  200    coupures de plus en plus rapides
 MK2 Sippican            
 RS92-KL  5h30  7h15  pile à eau 19V  200  110  porteuse seule hachée et glissante
 RS92-AGP  7h  9h  9V 6xLR6  30    
 RS92-SGPD  7h    9V 6xLR6  60  150  puissance réduite à quelques mW
 RS92-SGPW  5h30  6h  pile à eau 8V  60  150  puissance réduite à quelques mW
 SRS-400  8h  18h  9V - 6LR61  100    porteuse seule faible et glissante
 SRS-PTU  8h  18h  9V - 6LR61  100    porteuse seule faible et glissante
             


Infos transmises en partie par Nicolas F1BMN, François du 33, Stéphane F1SRX